Les voitures Diesel paieront plus, les vélos moins Diesel cars dearer, cycles cheaper

Publié le : , par  Morgane

Delhi met un quart de son budget pour l’amélioration du transport.

Arushi Mittal, Down To Earth, Apr 1-15 2011

C’est un budget qui concerne l’environnement. Le gouvernement de Delhi a rendu les voitures diesel plus chères et les vélos moins chers.

Il a proposé une taxe supplémentaire de 25 % dans la fiscalité actuelle sur l’automobile, lors de l’enregistrement d’un véhicule diesel. Les voitures diesel font obstacle aux initiatives pour l’air pur dans les zones urbaines. Les normes d’émissions en Inde permettent aux véhicules diesel d’émettre plus de polluants, comme les particules et le protoxyde d’azote, que les véhicules à essence. Des politiques différentielles pour le prix du carburant et les subventions favorisent également la vente de ces véhicules. Pour l’instant la vente des voitures diesel représente 36 % des ventes de voitures neuves.

La hausse des taxes vise à réduire les « émissions polluantes » des véhicules diesel, dont le nombre s’accroit. Le Danemark et le Brésil prélèvent également des taxes supplémentaires pour les véhicules diesel pour compenser les prix bas du carburant.

Ce n’est pas la première fois que Delhi propose de telles taxes. En 2004 une initiative semblable pour imposer une taxe supplémentaire de 2 % a échoué à cause de la réaction violente de l’industrie automobile. L’industrie reste toujours hostile à cette idée. Pour Vishnu Mathur, le directeur général de l’Association indienne des constructeurs d’automobiles : « Comment un véhicule respectant les normes d’émissions mises en place par le gouvernement lui-même, peut-il être considéré polluant ? »

Les experts pensent qu’il ne suffit pas d’imposer des taxes supplémentaires. « Beaucoup de véhicules comme les bus ou les pousse-pousses à moteur enregistrés dans les États voisins d’Uttar Pradesh et de l’Haryana circulent sur les routes de Delhi », selon H.B. Mathur, un ancien professeur de construction mécanique à l’IIT de Delhi. On devrait obliger ces véhicules à respecter les mêmes normes d’entretien que les véhicules enregistrés à Delhi. M. Mathur croit que l’introduction de diesel propre (du diesel contenant 1/ 100000 de soufre avec un système de contrôle d’émission performant) pourrait être une autre voie d’amélioration.

Le budget met également à disposition 25 % des ressources monétaires totales de l’État pour la construction d’une infrastructure de transport et vise à baisser les taxes pour les moyens de transport non-polluants. Il propose de renoncer à la TVA sur les vélos coûtant moins de 3500 roupies. Ce plafond couvre tous les vélos des plus grands constructeurs de bicyclettes comme Hero, Avon and Atlas. Chris Kost, un planificateur d’itinéraires et cycliste d’Ahmedabad, espère que « Ceci va promouvoir le cyclisme et compléter les pistes cyclables aménagées à Delhi ». Environ 12 % des habitants de Delhi se déplacent à vélo. L’infrastructure des bus en ville sera également réorganisée. Un système d’exploitation de bus en coopérative remplacera les lignes privées actuelles. Pour cela Delhi sera divisée en secteurs et un seul opérateur sera permis. Quatorze nouveaux corridors de bus express (BRT) seront installés pour un coût de 4 500 000 000 Rs.

Traductions : Cédric Labry, stagiaire au Crisla

Notre Terre n°38 - nov. 2011

AgendaTous les événements

octobre 2017 :

Rien pour ce mois

septembre 2017 | novembre 2017