Réunion Madagascar

Publié le : , par  Morgane

Jeudi 10 avril 2014
Salle St Louis Lorient
avec Claudine de Brassier et le CCFD-Terre Solidaire

Devant une belle salle de plus de 60 personnes, Claudine de Brassier a présenté l’action de l’ASA – Ankohonana Sahirana Arenina- pour la réinsertion de familles en grande difficulté à Tananarive, Madagascar. L’objectif est de leur permettre une réinstallation dans l’agriculture pour assurer leur autonomie. Cette association a été fondée en 1991 par Jacques Tronchon, franciscain, universitaire, qui est aussi un oncle de Claudine de Brassier. Il a mobilisé dès le début des étudiants malgaches.

Le premier pas consiste à repérer, grâce à des éducateurs de rue, des familles marginalisées issues de la campagne et composées d’un couple, car il s’agit d’avoir un homme capable de mener à bien les lourds travaux agricoles. La réinstallation est un long processus mené collectivement avec une promotion de 20 familles chaque année depuis 1995, les premières familles ont été installées en 1997.

La première année, les familles sont mises à l’essai pour l’apprentissage de la vie collective et les formations de base. Le processus d’apprentissage dure trois ans avec chaque année un approfondissement des formations, la scolarisation, l’alphabétisation. Au bout des trois ans la promotion s’installe dans un village créé de toutes pièces sur un territoire situé à 200km de Tananarive. Les maisons sont construites par les familles avec de l’entraide et le village dispose d’installations communes. Chaque famille dispose de 3 ha. Les 17 villages créés de 1997 à 2013 sont dispersé sur un territoire de 20 000 ha attribué par le gouvernement dans une zone abandonnée par les paysans. Ils disposent d’un collège, d’écoles, d’un centre de formation professionnelle rurale, de centres de santé, etc. Les familles bénéficient d’un accompagnement sanitaire et social. En 2013, 320 familles sont installées, soit 2000 personnes. Les enfants des premières promotions choisissent soit de rester près de leur famille avec des terres pour les nouveaux couples, soit d’aller en ville et valoriser leur formation.

ASA dispose de 180 salariés, bien rémunérés, dans un pays où la situation ne cesse de se dégrader. L’association développe des ateliers d’artisanat pour dégager des fonds grâce à l’exportation et gagner de l’autonomie financière. Elle gère aussi un foyer de vie pour des anciens et une maternité. L’association dépend encore des fonds de l’étranger et dispose de relais en France. Le CCFD-Terre Solidaire a soutenu l’association à son démarrage, entre 1995 et 2001. 20 ans après, Claudine de Brassier et sa famille ont pu constater sur le terrain la réussite du projet et sa pérennisation.

Alain Le Sann

Comptes-rendus

AgendaTous les événements

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017