Le lac Tchad : une crise oubliée La dégradation écologique dans le bassin du Tchad a déclenché la dernière crise humanitaire de l’Afrique. Il est temps, pour les pays concernés de regarder au delà de l’excuse de l’insurrection.

Publié le : , par  PANDEY, Kundan

L’espoir asséché : Le monde doit se réveiller face à la crise humanitaire sans précédent en Afrique provoquée par l’assèchement du Lac Tchad.
Traduction d’un dossier paru dans Down To Earth du 1-15 février 2017.
Lit de rivière à sec, dans la ville de Maroua, partie du bassin du Lac Tchad, (Reuters)

L’année dernière, quand le Nigeria a déclaré une urgence alimentaire à Borno, signalant une insécurité nutritionnelle aiguë dans l’état et a indiqué que la région perdait 80 enfants tous les jours, il a attiré l’attention du monde entier. Plus d’une douzaine d’organisations humanitaires travaillant en Afrique de l’Ouest ont publié une déclaration conjointe, affirmant que le conflit en cours avec le groupe militant djihadiste Boko Haram a fait croître le nombre de personnes confrontées à une famine sévère dans la région à plus de 6 millions. En janvier de cette année, le Coordonnateur des secours d’urgence de l’ONU, Stephen O’Brien, a informé le Conseil de sécurité : « La crise humanitaire dans le nord-est du Nigéria et dans certaines parties du Cameroun, du Tchad et du Niger, déclenchée par la campagne horrible, violente et inhumaine de Boko Haram, s’accroît. » L’ONU a depuis révisé son appel et a appelé à plus de fonds pour une aide humanitaire et salvatrice dans la région, également connue sous le nom de bassin du Tchad. Les organisations internationales ont également élargi leur réponse pour assurer la sécurité alimentaire, réduire la malnutrition et fournir un refuge aux réfugiés et aux personnes déplacées à l’intérieur de la région.

Alors que presque toutes les discussions semblent tourner autour de la crise immédiate, l’urgence humanitaire qui se déroule dans le bassin est en marche depuis des décennies. "le récent conflit civil armé et ses conséquences sécuritaires ne font qu’ exacerber de manière significative les problèmes de nutrition et d’alimentation régionaux préexistants", déclare un rapport du Programme mondial de l’alimentation (PAM) publié en 2016. "Bien que les menaces à la sécurité soient des éléments indéniables de la crise, les récents articles et rapports (sic) sur la situation d’urgence régionale alarmante attribuant la crise aux activités de Boko Haram, risquent de trop grossièrement simplifier les problèmes socio-écologiques étroitement liés qui ont conduit à l’insurrection dans le bassin ", dit-il.

Une crise prolongée

La crise humanitaire a ses racines dans le rétrécissement du lac Tchad et la désertification des alentours. Situé sur le bord sud du désert du Sahara, le lac est une oasis pour les 30 millions de personnes vivant dans son bassin semi-aride où l’air est poussiéreux, le vent féroce et chaud, et le paysage caractérisé par des dunes de sable et une végétation éparse.
La profondeur du lac Tchad a diminué de 11 mètres à seulement 2 m au cours des quatre dernières décennies (Photo : Reuters)

En 1964, lorsque la Commission du bassin du lac Tchad (LCBC) a été créée pour la conservation et la gestion du lac et pour partager ses ressources entre les pays riverains, les eaux du lac s’étendaient sur 26 000 km2, soit 22 fois la taille de Delhi. Le bassin couvre 8% de la masse terrestre africaine. Le bassin a alors soutenu les moyens de subsistance des populations dans huit pays : le Tchad, le Nigeria, le Cameroun, le Niger, l’Algérie, la Libye, la République centrafricaine et le Soudan. Mais au cours des 50 dernières années, le lac a diminué de plus de 90 pour cent. Ce qui reste aujourd’hui n’est plus qu’une mosaïque d’étangs et de flaques d’eau, s’étendant sur 1 500 km2. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a qualifié la situation de « catastrophe écologique » et prédit que le lac pourrait disparaître d’ici la fin du siècle.
Graphique Raj Kumar Singh/CSE

Étant un plan d’eau peu profond et enclavé qui s’étend sur trois zones climatiques - le désert du Sahara au nord, le Sahel semi-aride dans la zone centrale et le climat tropical de Savane au sud - la taille du lac Tchad a toujours fluctué au gré des saisons et des années. Mais il a diminué de façon continue depuis les grandes sécheresses des années 1970 et 1980 qui ont dominé le Sahel, note le numéro 19 de World Climate News, journal de l’Organisation météorologique mondiale. En 1972, il s’est divisé en deux. La partie nord s’est complètement asséchée en 1986, alors que la partie sud n’ a cessé de diminuer depuis. Un rapport publié dans IOP Science en août 2011 suggère que le lac aurait pu se rétablir dans les années 1990 en raison de conditions plus humides. Mais cela ne s’est pas produit. D’une part, les sécheresses intenses et les pénuries d’eau ont accru la pression humaine sur le lac qui se rétrécissait et, d’autre part, chaque pays riverain a décidé unilatéralement de construire des barrages sur les rivières qui alimentent le lac et ont détourné l’eau du lac sans participer à des accords sur l’eau ou des consultations avec LCBC, expliquent des chercheurs de l’Université de Leeds, au Royaume-Uni, dans une étude publiée en 2014. l’apport du bassin versant de la rivière Chari-Logone, qui contribue à plus de 80% de l’eau du lac, a été radicalement modifié après que le Tchad a construit des barrages et des digues sur le Logone dans les années 1970 et a détourné un tiers de son eau. Le Nigéria a construit trois barrages et en planifie un quatrième sur le bassin de la rivière Komadugu-Yobe, qui contribue à 2,5 pour cent de l’eau du lac. Il a également construit un barrage sur le réseau de la rivière Yedsaram-Ngadda à Borno.

Bien que le lac ait disparu à plusieurs reprises dans le passé, la tendance a été gravement exacerbée par la construction de barrages en amont du bassin versant, sans tenir compte de son impact sur les populations et les écosystèmes en aval, selon le rapport Global Global Waters Assessment (GIWA) publié en 2006 par le Programme des Nations Unies pour l’environnement.
Les femmes se tiennent dans ce qui était le lit du lac Tchad (Photo : UNHCR. ORG)

Les moyens de subsistance en prennent un coup

Le recul de la ligne du rivage du lac a gravement affecté les personnes vivant dans son bassin, transformant les gardiens de l’un des systèmes agricoles patrimoniaux mondialement importants, reconnus par la FAO, en des réfugiés alimentaires.

Traditionnellement, les gens dans le bassin ont cultivé des cultures pluviales, comme les millets, la pomme de terre, les oignons et l’arachide, dans des zones sablonneuses à l’écart du lac et des rivières, et du sorgho et du riz sur les terres qui étaient inondées pendant la saison des pluies. Les cultures poussaient avec l’eau montante et étaient récoltées en barque. Les agriculteurs cultivaient également du sorgho sur le sol noirâtre (un sol alluvial sombre et riche) autour du lac. Étant donné que le sol est imperméable, ils fabriquaient de petits talus à la fin de la saison sèche pour retenir le ruissellement. Mais ces pratiques ont diminué ces dernières années suite à une baisse du niveau d’eau du lac et au changement des schémas d’inondation en raison de la construction de projets d’irrigation dans les zones en amont.

Les agriculteurs, qui constituent 60 pour cent de la population du bassin, sont maintenant accablés par de faibles récoltes, selon une autre étude menée par les chercheurs de Leeds, publiée dans Ambio en novembre 2016. Par exemple, le rendement en sorgho a diminué de 3,28 millions de tonnes à la fin des années 1960 à environ 1,8 million de tonnes après 2010. Le rapport GIWA indique que la baisse des précipitations dans la région a directement affecté les agriculteurs, car plus de 95% des cultures cultivées dans le bassin sont traditionnelles et pluviales.

Le rapport suggère également que, bien que la plupart des cultures cultivées dans le bassin ne nécessitent pas d’irrigation, les gouvernements ont mis en place des projets d’irrigation qui ne tiennent pas debout. Un tel projet a causé un déséquilibre écologique dans la région, ce qui a amené les problèmes des agriculteurs. Inquiet de la baisse de la production agricole, le gouvernement nigérian a lancé en 1979 le projet d’irrigation du sud du Tchad pour irriguer 660 km2 autour du lac en déviant 3 pour cent de l’afflux annuel. Mais les canaux d’irrigation sont devenus inutilisés à mesure que les niveaux des lacs ont encore diminué dans les années 80. Les canaux abandonnés fournissent maintenant un habitat approprié pour des plantes aquatiques, comme le bulrush (Typha australis). Ces joncs sont un lieu de nidification préféré des oiseaux Quelea (Travailleur à bec rouge) qui sont considérés comme une menace pour les agriculteurs - un troupeau de 2 millions de queleas peut dévorer 20 tonnes de grain en une seule journée. Le gouvernement a lancé une campagne de contrôle des queleas par la pulvérisation aérienne d’agents de contrôle toxiques, mais sans grand résultat.

Les pêcheries ont également souffert d’une combinaison barrage en amont, rétrécissements du lac, sécheresse et surpêche. Solomon I Ovie, un responsable de l’Institut national pour la recherche sur les pêches en eau douce du Nigéria, affirme que les pêcheries du lac Tchad sont parmi les pêches continentales les plus importantes et les plus productives en Afrique. Traditionnellement, elles ont fourni revenu, nourriture et sécurité alimentaire à la population de la région. Mais leur production est maintenant descendue à 100 000 tonnes contre220 000 tonnes en 1974. Deux espèces de poissons commercialement importantes - la perche du Nil (Lates nilotias) et le Labeo (Labeoina) - ont disparu du lac dans les années 1980, explique Ovie, ajoutant que le lac a fait face à une importante perte de biodiversité malgré le fait que le Nigeria a introduit des politiques de conservation des pêches dans les années 1960, peu de temps après son indépendance.

La réduction des pâturages due à la pénurie d’eau et la moindre culture des terres a affecté la production et l’exportation du bétail, qui était la troisième source de revenus pour les ménages dans le bassin avant les années 1970. Les pâturages réduits dans le bassin, suite aux sécheresses des années 1970, ont encouragé les éleveurs à passer des bovins et du chameau à des animaux brouteurs, comme la chèvre et le mouton, ce qui a encore affecté la végétation de la région.

Un rapport de la Banque africaine de développement (BAD), publié en décembre 2014, indique : « Tous les pays du bassin du Tchad sont affectés à des degrés divers par la dégradation de leurs écosystèmes productifs causés par la variabilité naturelle du lac, le changement climatique et les actions humaines ». Près de 50 millions de personnes vivent actuellement dans des conditions précaires et de plus en plus critiques dans la région. Au fur et à mesure que les agriculteurs, les éleveurs et les pêcheurs migrent avec leurs familles vers le lac à la recherche de terres arables et de moyens de subsistance, cela entraîne des conflits et aboutit à des conflits sociaux.
Le lac s’asséchant fournit maintenant plus de terres pour l’agriculture, mais moins d’eau pour l’irrigation (Photo : Reuters)

Et les conflits deviennent un mode de vie

L’étude de Leeds de 2014 analyse certains des conflits autour de l’eau restante et des ressources dans le lac. Entre 1980 et 1994, près de 60 000 Nigérians ont suivi les eaux en recul du lac, pêchant, cultivant et élevant des animaux à l’intérieur de la limite camerounaise du bassin lacustre. Cela a déclenché des hostilités entre les communautés. les Camerounais et les Nigérians dans le village de Darak, par exemple, se battent constamment pour l’eau. Les Nigérians affirment être les premiers colons dans le village, tandis que les Camerounais invoquent une appartenance nationale. En 1983, le Tchad a engagé de violents conflits avec le Nigéria sur la propriété des îles dans le lac. Dans les années 1980, le Nigéria et le Niger se sont affrontés sur la dérivation d’eau du bassin de la rivière Komadugu-Yobe. En 1992, des affrontements ont éclaté entre les communautés du Nigeria en amont et du Niger en aval sur l’accès à l’eau des barrages Tiga et Chalawa George à l’extrémité sud-ouest du lac. Depuis 2005, la concurrence interethnique et les conflits liés à l’utilisation des ressources du lac ont créé des problèmes de sécurité autour de son bassin du sud. Les jeunes, privés de moyens de subsistance, constituent une part importante des groupes terroristes, note l’étude, qui relie le chômage créé par la dégradation de l’environnement autour du lac à la montée de Boko Haram.

Philip Jakpor, qui travaille avec Environmental Rights Action, ONG basée au Nigeria, affirme également que les combats pour l’eau du lac Tchad et les ressources rares de son bassin se sont mués en insurrection dans le nord-est du Nigéria.

La clé réside dans le lac

Avec les conflits croissants entre l’armée gouvernementale et Boko Haram, au moins 2, 4 millions de personnes, dont 1, 5 million d’enfants, ont fui leurs maisons depuis la fin de 2015, disent les agences de l’ONU. Ceux qui sont restés ne vont pas mieux et tentent de survivre à partir d’un lac qui se trouve à la limite de la disparition.

"Bien qu’il soit crucial de traiter la faim et les conflits immédiats dans la région, il faut élaborer des stratégies à long terme pour traiter les problèmes sous-jacents", indique le rapport du PAM. Cela peut se faire en rétablissant la santé environnementale du lac Tchad en priorité.

Pour relancer le bassin, LCBC s’occupe d’un projet ambitieux visant à détourner l’eau du bassin versant de la rivière Congo, à plus de 1 300 km, dans le Chari qui alimente le lac. Le projet de 14, 5 milliards de dollars implique la construction d’un barrage de rétention à Palambo (en amont de Bangui, capitale de la République centrafricaine) pour servir de zone de captage. L’eau du bassin versant sera pompée dans la rivière Fafa par un canal d’alimentation de 1, 350 km, puis dans la rivière Chari au Cameroun, puis enfin au lac Tchad. Le projet générera également de l’électricité et permettra le transport fluvial, déclare LCBC.

Mais les experts disent que le projet pourrait être trop ambitieux pour réussir. "Les défis sont le manque de capital et la capacité de convaincre les gouvernements des pays membres de la LCBC", a déclaré Babagana Abubakar, un expert du bassin.

Le plan comporte plusieurs autres failles. Pour commencer, les impacts humains du barrage se ressentiront dans toute la région, car de nombreuses personnes seront déplacées en raison du canal prévu, explique Lauren Steely, un spécialiste des ressources en eau basé aux États-Unis. Steely ajoute que l’augmentation de la disponibilité de l’eau peut aggraver les choses en encourageant l’agriculture et les changements d’affectation des terres le long de la rivière. Après avoir visité le bassin du Tchad en 2014, Jonathan Kamkwalala, spécialiste en Afrique de la Banque mondiale, a déclaré que, comme d’autres systèmes d’eau transfrontalière, le lac Tchad est géré de manière fragmentée, ce qui met en danger l’approvisionnement alimentaire et les moyens de subsistance de millions de personnes. Il suggère que les pays riverains prennent l’aide d’organismes internationaux qui ont relevé des défis similaires ailleurs.

Les gouvernements peuvent également tirer des leçons des connaissances traditionnelles détenues par les habitants du bassin du Tchad plutôt que de prolonger la réponse d’urgence à une crise prolongée. Des réfugiés nigérians se déplacent de Ngouboua, leur lieu de refuge initial sur les rives du lac Tchad, vers une installation à Dar es-Salaam (Photo : UNHCR. ORG)

Opinions d’expert

Philip Ebuata Jakpor travaille avec l’ONG Environmental Rights Action, basée au Nigeria
« La pauvreté a rendu les jeunes sensibles à Boko Haram »
Les communautés qui dépendaient du lac pour la pêche, l’agriculture et d’autres activités économiques sont maintenant laissées avec peu d’emplois et migrent vers des régions hospitalières.

Le lac Tchad qui a couvert plus de 25 000 km2 dans les années 1960 et a servi de source de subsistance pour environ 70 millions de personnes a diminué jusqu’à environ 1 500 km2 et se rétrécit encore. Cela a causé des catastrophes à la fois écologiques et économiques dans la région. La principale cause du déclin du lac est la dépendance excessive au lac des pays de son bassin, qui comprend le Nigeria, le Niger, le Cameroun et le Tchad, et une mauvaise planification des gouvernements concernés. Les rivières qui alimentent le lac ont été largement barrées. Les pays ont détourné l’eau du lac pour des projets d’irrigation sans se pencher sur la multitude de problèmes que de tels projets peuvent avoir sur l’écologie du lac et son bassin semi-aride. La baisse des précipitations due à un climat changeant a aggravé le problème. Les pluies ont toujours joué un rôle important dans le réapprovisionnement du lac tout en empêchant la marche vers le sud du désert du Sahara.

La désertification a encore accéléré l’assèchement des cours d’eau dans les régions nord du Nigéria et dans d’autres pays riverains. En conséquence, les communautés qui en dépendaient pour la pêche, l’agriculture et d’autres activités économiques ont vu les emplois se tarir et migrent vers des régions plus accueillantes.

Les bergers qui auparavant se trouvaient au nord autour du lac Tchad ont du migrer d’une région à l’autre à la recherche de pâturages riches. Les propriétaires fonciers de ces régions les traitent comme des envahisseurs, ce qui entraîne des affrontements fréquents. La perte massive de moyens de subsistance dans la région, la pauvreté soudaine qui a frappé les communautés et les combats fréquents pour affirmer le contrôle de la seule ressource restante, qui est l’eau, a rendu les personnes sensibles à l’idéologie de l’insurrection de la secte Boko Haram.

Babagana Abubakar appartient à la communauté indigène Kanuri de l Maiduguri ville du bassin du Tchad au Nigéria. Il travaille comme expert auprès des agences des Nations Unies et d’autres organismes internationaux sur des questions comme la biodiversité et la pauvreté
"La concurrence pour l’eau alimente les conflits"
Vaincre Boko Haram n’est qu’une solution à court terme. À titre de mesure à long terme, les gouvernements doivent faire revivre le lac Tchad

es terres agricoles changent sans cesse de position en raison des limites fluctuantes et drastiquement rétrécissantes du lac, de telle sorte que les limites des exploitations agricoles dépassent ou traversent parfois les frontières politiques. C’est parce que certaines personnes déterminent les limites de leurs terres agricoles par rapport à la limite du lac, sans tenir compte de sa nature dynamique. La limite du lac change selon les fortes inondations occasionnelles. Cela conduit à des conflits entre agriculteurs et communautés de pêcheurs ; agriculteurs et éleveurs ; et éleveurs et communautés de pêcheurs. Le plus souvent, ces conflits se transforment en conflits politiques impliquant à la fois gouvernements locaux et nationaux.

Il est vrai que les communautés autochtones dépendantes du lac se font concurrence pour des ressources comme l’eau, la terre et le territoire en raison de la taille rétrécissante du lac. Bien que de tels querelles soient communes dans d’autres parties de la région du Sahel, ce qui les rend différentes dans le bassin du Tchad est que chaque terre inondée dans le bassin a une communauté de pêche et chaque terre asséchée du lac a une communauté agricole, et ce quelles que soient les submersions temporaires des rives du lac.

Cependant, l’émergence de Boko Haram dans la région a déplacé plus de 85 % des communautés autochtones dans cette zone, ce qui a considérablement réduit les activités de pêche, d’agriculture et de pâture, ainsi que l’extraction de potassium ou les activités minières dans et autour du lac. Malheureusement, cette situation aurait augmenté la pauvreté dans la région du bassin du Tchad de 66 %, ce qui rend plus facile pour les terroristes le recrutement des jeunes qui vivent encore dans certaines villes et villages du lac Tchad.

La mesure à court terme pour restaurer la paix et la stabilité dans la région est de vaincre Boko Haram. Mais pour une solution à long terme, les gouvernements doivent s’associer à toutes les communautés indigènes de la région, telles que Kanuris, Shuwa, Buduma, Mbororo, Tuarek, Kanembu et Fulani, dans le processus décisionnel qui peut relancer le lac. Cela nécessitera l’appui des Nations Unies, des gouvernements, de l’Union africaine et des organisations intergouvernementales.

La Commission des Nations Unies et du bassin du lac Tchad a tenté d’identifier les solutions au problème. L’une des propositions est de détourner le fleuve Congo, qui coule actuellement dans l’océan Atlantique, jusqu’au lac Tchad. Mais trouver des fonds reste un défi majeur. En outre, des efforts doivent être faits pour convaincre les gouvernements des pays membres du bassin du Tchad de cesser de construire des barrages le long des cours d’alimentation, comme le Chari et le Yobe au Cameroun et au Nigéria, et de démanteler les barrages existants sur les cours d’eau du lac.

Sultana Begum est la porte-parole et la responsable des politiques pour Lake Chad Response de l’ONG internationale Oxfam.
"Les gens n’ont aucun moyen de gagner leur vie"
Quelques-unes des personnes les plus pauvres et les plus vulnérables du monde subissent le fardeau de la crise humanitaire dans le bassin du Tchad

Huit ans de conflit violent impliquant Boko Haram et les opérations militaires ont entraîné une crise humanitaire dévastatrice dans le bassin du Tchad. Originaire du nord-est du Nigeria, le conflit s’est maintenant répandu au-delà des frontières au Niger, au Tchad et au Cameroun. Les zones les plus touchées sont la région du lac au Tchad, la région de Diffa au Niger, les États d’Adamawa, Borno et Yobe au Nigéria et l’extrême nord au Cameroun. Le conflit a obligé plus de 2, 5 millions de personnes à fuir leurs maisons et à abandonner l’agriculture dans la région. Dans certaines zones touchées par le conflit, les gens survivent sans récolte pour la cinquième année consécutive, et les prix des denrées alimentaires augmentent. L’insécurité empêche les gens de faire des échanges transfrontaliers. Par conséquent, plus de 7 millions de personnes souffrent d’ insécurité alimentaire à travers le bassin du Tchad. Certaines familles ne mangent qu’une fois tous les deux jours, et beaucoup de gens ont eu recours à la mendicité pour pouvoir acheter de la nourriture. La situation est si critique que des milliers de vies sont menacées si l’aide n’est pas fournie rapidement. Dans le nord-est du Nigéria, entre janvier et septembre 2016, une situation de quasi famine a envahi les villes de Bama et de Banki et les zones rurales environnantes dans l’État de Borno. Selon le réseau des systèmes d’alerte précoce contre la famine, 400 000 personnes pourraient connaître des conditions semblables à celles de la famine - ce chiffre pourrait doubler au cours de l’année 2017.

Les restrictions imposées par les gouvernements ont exacerbé la situation humanitaire et la faim dans la région. Dans le cadre des opérations militaires, les communautés ont été transférées dans des zones sans services de base, emplois et moyens de survie. Les terres agricoles, les rivières et les lacs sur lesquels les gens comptent ont été déclarés hors des limites. Les principaux marchés ont été officiellement fermés et les moyens de transport, comme les motos, ont été interdits, coupant tous les moyens pour gagner sa vie ou accéder à la nourriture.

Quelques-unes des personnes les plus pauvres et les plus vulnérables du monde supportent le fardeau de cette crise. Le nord-est du Nigeria est parmi les régions les moins développées du pays, tandis que le Tchad et le Niger sont parmi les pays les plus pauvres du monde. Pauvreté et vulnérabilité ont été exacerbées par le conflit et les zones touchées n’ont pas l’infrastructure et les ressources nécessaires pour faire face à une crise de cette ampleur. Le conflit a conduit à la destruction des villages, des routes, des sources d’eau, des établissements de santé et des écoles.

Nous savons que jusqu’à 2 millions de personnes restent piégées dans des zones contrôlées par Boko Haram et les opérations militaires. Nous n’avons aucun moyen de savoir à quel point leur situation est mauvaise. Mais les preuves provenant des villes du Borno qui sont devenues accessibles en 2016 suggèrent que leur situation est catastrophique, mais peut-être dans des proportions beaucoup plus élevées. Il y a eu des niveaux alarmants de violations des droits de l’homme. Les gouvernements des pays du bassin du Tchad doivent fournir une plus grande protection aux civils pour prévenir les abus et l’exploitation.

Voir en ligne : Lake Chad : Foergotten Crisis

Notre Terre vers un développement durable

AgendaTous les événements

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017